D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu dessiner. Depuis l’adolescence, les univers de plusieurs artistes m’ont inspiré : les personnages et scènes étranges de Jérôme Bosch, le clair-obscur du Caravage, le génie mystérieux de Léonard de Vinci, la maîtrise technique de Salvador Dali, de Wojtek Siudmak et de Roberto Ferri.


Mes premières compositions étaient au crayon de couleur. En 1993, je me suis lancé dans la peinture, en revisitant des images connues. J’aime expérimenter de nouvelles techniques. Par exemple, depuis que j’ai opté pour l’huile en 2010, je teste différentes manières de peindre à chaque nouveau tableau.

La peinture est pour moi un exutoire de la vie quotidienne. Je n’arrive pas à peindre chaque jour, mais chaque jour j’ébauche la composition de mes futurs tableaux. J’aime construire des espaces atypiques où se mêlent le réel et l’imaginaire, la constance et la fragilité, la stabilité dans le mouvement… J’y intègre de nombreux détails, associations d’images et effets visuels, pour éveiller la curiosité du spectateur et l’attirer au plus près de la toile.

Une fois l’ébauche définie, je consacre environ un an à la réalisation de la peinture.


En parallèle, je crayonne de nouveaux paysages aux situations improbables et j’esquisse des anatomies, peu présentes à ce jour dans mes huiles.

La citation qui me parle : « la peinture n’est pas une affaire individuelle, c’est un partage entre le faiseur et le spectateur » Pablo Picasso.